Zones Sensibles

Paru aux Editions du Toucan en collaboration avec Dan Nisand.

Depuis ses débuts au Tribunal pénal international de La Haye, Céline Bardet a parcouru de nombreuses régions du monde pour travailler sur les questions de crime de guerre mais aussi de terrorisme, de crime organisé et de corruption.

En 2011, elle publie "Zones Sensibles", un livre qui raconte son parcours et les années passées auprès des victimes et des criminels de guerre en Bosnie. 

"Travailler à la Haye sur les crimes commis en Ex-Yougoslavie ne m'avait donné qu'un aperçu très sommaire de ce qu'était sa région. Lire des dossiers et des témoignages est loin d'être suffisant, il faut aussi se rendre sur le terrain. Assise tous les jours dans la salle d’audience de La Haye avec les juges, les procureurs, les accusés, j’ai ressenti un besoin impérieux de me rendre sur le terrain. Je voulais comprendre ce que signifiait un conflit, un nettoyage ethnique, des camps, comment les gens revivaient, comment la société se reconstruisait, comment vivaient les victimes, les auteurs de crimes non poursuivis, j’ai voulu aller voir tout cela. Ainsi, la première fois que j'ai mis les pieds dans les Balkans, c'était de ma propre initiative après avoir quitté le Tribunal. J'ai visité Sarajevo avant de traverser la Bosnie pour me rendre sur divers sites reliés aux affaires sur lesquelles j'avais travaillé. J’ai rencontré les victimes murées parfois dans un silence de plus de 15 ans, lassées d’être interrogées mille fois par les enquêteurs de La Haye, les organisations de droits de l’hommes, ONGs juridictions locales et toujours rien, l’attente. Elles continuent parfois à croiser les auteurs de crimes tous les jours au marché de leur village, cette sagesse teintée de réalisme chez ces victimes qui n’ont pas confiance dans une justice internationale alors que l’Europe et la Communauté Internationale ont regardé la guerre en Bosnie sans bouger ; pas confiance dans les juridictions locales où parfois se trouvent encore, en poste, des auteurs de crimes de guerres. J'ai aussi rencontré des victimes qui veulent vivre tout simplement, reprendre leur vie et leur place dans la société à laquelle elles appartiennent sans être stigmatisées.  Je me suis heurtée à la difficulté pour les institutions judiciaires locales de procéder aux enquêtes et conduire des procès. C’est tout cela que je raconte dans ce livre afin de rendre la justice à ceux qui la demandent et l’attendent toujours."

 

Ce livre est le témoignage d’une jeune femme française dans les Balkans, au centre des décisions internationales.