presse

Revue du livre Zones Sensibles

Mis en ligne le : 11/09/2011

Femme de terrain et juriste mandaté par les organisations internationales, Céline Bardet vient de publier Zones sensibles. Une femme contre les criminels de guerre aux éditions du Toucan. Dans cet ouvrage, qui est un véritable témoignage, Céline Bardet revient sur son parcours et plus spécialement sur les expériences qu’elle a faites dans le cadre de ses activités auprès du Tribunal Pénal International de La Haye.

La trajectoire de l’auteure est originale. Après avoir obtenu une maîtrise en droit privé à l’université de Rouen, Céline Bardet se spécialisa en droit international public et européen à l’université Panthéon-Assas Paris II, où elle rédigea son mémoire de recherche sur le procès du criminel de guerre serbe Drazen Erdemovic devant le Tribunal Pénal International de La Haye. A la suite de ses études, C. Bardet partit outre-Atlantique avant de revenir sur le Vieux Continent.

Le hasard faisant bien les choses, elle croisa à plusieurs reprises le chemin du juge Claude Jorda. Devenue proche du juge français du Tribunal Pénal International de La Haye, elle finit par intégrer son équipe aux Pays-Bas. Son «premier jour au TPI devrait figurer parmi ses plus beaux souvenirs», mais en fait de triomphe, tout ce dont elle se souvient, «c’est du vertige» qui s’est emparé d’elle lorsqu’elle ouvrit son premier dossier.

Les missions sur les criminels de guerre s’enchainèrent alors rapidement. Par la suite, désireuse de travailler davantage sur le terrain, elle compléta sa formation en étudiant à l’Institut International d’Enquêtes Criminelles et obtint en 2005 un diplôme d’enquêteur criminel international. Par ce biais, il s’agissait de se former plus avant aux techniques d’enquête pour les cas de graves violations des droits de l’Homme, de crimes de guerres, de génocide et de crimes contre l’humanité.

En Bosnie-Herzégovine, Céline Bardet occupa le poste de conseiller juridique de l’Adjoint principal du Haut Représentant Raffi Gregorian, lequel était également superviseur international du District de Brcko. Trois années durant, Céline Bardet coopéra avec les victimes et les institutions locales dans le but de faire progresser autant que possible le processus des jugements de crimes de guerre, afin que justice soit enfin faite. Ce qui ne fut pas chose aisée, car corruption et intimidations sont monnaie courante.

Au fil des pages, C. Bardet détaille donc son très riche quotidien de juriste internationale à Brcko, Paris, La Haye, Vienne, Pristina, etc. Aujourd’hui, la jeune femme travaille de concert avec l’Union européenne sur la mise en place de programmes de lutte contre la corruption en Serbie et en Croatie. Elle constate par ailleurs que dans le domaine du droit international la France ne cherche pas à profiter de l’expérience de ses expatriés, contrairement à ce que font les pays anglo-saxons. Sémillante, la juriste a une pléthore de projets en tête, comme par exemple la création d’un micro-crédit de la justice.

Jean-Paul Fourmont