Céline Bardet et WWoW au Forum Mondial pour la Paix

Un événement pour parler de paix au cœur d'un lieu historique et symbolique

Date : 06/08/2018

Les 7 et 8 juin, Céline Bardet et les membres de l'équipe de son ONG We Are Not Weapons of War (WWoW) se sont rendus à Caen pour la première édition du Forum Mondial pour la Paix. Céline est intervenue dans deux conférences, au cours de cet événement qui rassemblait spécialistes et acteurs de la paix aujourd'hui.

Photo © DR

C'est au lendemain du 74e anniversaire du débarquement allié sur les plages de Normandie que débutait cette première édition. Date symbolique, lieu historique, cet événement se voulait être un forum d'échange et de discussion sur le visage de la paix 73 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Il rassemblait des personnalités très variés : chercheurs, décideurs politiques, représentants d'ONG, journalistes, photographes... Organisée par la Région de Normandie et par son Président Hervé Morin, cette première édition a été marquée par la présence de Ban Ki-Moon, ex Secrétaire Général aux Nations Unies (ONU). De nombreuses conférences, mais aussi des ateliers-débats étaient organisés et ont permis aux visiteurs (et notamment à de nombreux jeunes lycéens et étudiants venus en nombre) d'échanger avec spécialistes et acteurs de la paix sur les tensions et conflits existants aujourd'hui, mais aussi sur les espoirs de paix et d'apaisement à venir.

Céline Bardet est intervenue à deux reprises au cours de cet événement. Tout d'abord lors d'une conférence plénière consacrée au terrorisme et aux nouvelles formes de violence qui s'est tenue dans une salle comble. Aux côtés de Bertrand Badie, de Pierre De Bousquet De Florian et de Michel Chikwanine, Céline s'est exprimée sur ce qu'est le terrorisme et sur les solutions auxquelles il faut réfléchir collectivement pour lutter contre ce phénomène. Insistant sur l'aspect juridique, elle a expliqué qu'il est essentiel de ne pas faire de généralisation sur cette question et de comprendre la spécificité de ce phénomène. D'autre part, si la question sécuritaire qui vise à empêcher les terroristes d'agir est bien évidemment primmordiale, elle a également expliqué qu'il convient de comprendre pourquoi certains jeunes décident de partir et se radicalisent. Il ne faudrait donc pas uniquement tenter d'intercepter ces personnes et agir sur les conséquences de la radicalisation, mais aussi sur ses causes, en comprenant les enjeux sociaux et politiques qui mènent à la radicalisation.

La Présidente de WWoW est ensuite intervenue dans un atelier-débat qui a mis en avant les droits des femmes et leur rôle dans les processus de paix. Aux côtés de Frédérique Bedos, de Nicole Ameline et de Guy Mamou-Mani ; Céline Bardet a expliqué ce qu'est le viol de guerre et les solutions qu'on peut y apporter. Loin d'être un "à côté" de la guerre, résultante du chaos des combats, elle a souligné que le viol de guerre correspond à une stratégie pensée, réfléchie et organisée. Ces violences visent des objectifs précis, qu'ils soient politiques, économiques ou encore ethniques. Céline Bardet a par ailleurs présenté le travail de son ONG, entre travail de sensibilisation, accompagnement des victimes et expertise judiciaire. Enfin, elle a insisté sur l'outil Back Up lancé par l'ONG, comme réponse aux défis pluriels du viol de guerre : il s'agit d'une application mobile cryptée et sécurisée qui permet le signalement de victimes du viol de guerre, la coordination des professionnels impliqués sur cette question, et la collecte de données fiables sur ce phénomène. L'audience a été très réactive à cette intervention qui voulait expliquer ce qu'est le viol de guerre et montrer que des solutions existent. Des questions très pertinentes ont été posées à la Présidente de WWoW.

L'équipe de WWoW a été très heureuse de pouvoir participer à cet événement. Elle a notamment pu rencontrer d'autres ONG, différents acteurs et spécialistes de la paix pour des échanges très riches. Cet événement était l'opportunité de promouvoir la paix sous toutes ses formes : à cette occasion, et en présence de Ban Ki-Moon, Hervé Morin et Tun Khin (défenseur de la cause des Rohingyas) ont lancé un appel à l'action pour les Rohingyas en Birmanie. Il s'agit là d'une situation chaotique où meutre, pillage et torture sont quotidiens. Une situation sur laquelle Céline Bardet et WWoW travaille également beaucoup : le viol est massivement utilisé contre les Rohingyas, pour des motifs ethniques, et pourrait constituer un élément de crime de génocide.