Prix de la Transformation Numérique

Céline Bardet et WWoW remportent le Prix Ethique

Date : 03/14/2018

Le 14 mars 2018, Céline Bardet et l’équipe de We Are Not Weapons of War (WWoW) se sont rendues au campus de Microsoft Paris pour la soirée de remise des Trophées de la Transformation Numérique.

 Photo © Solutions Numériques
 
Pour la troisième année consécutive, Solutions Numériques organise cet événement et remet des prix aux entreprises privées, organismes publics ou ONG qui se démarquent dans l’utilisation des nouvelles technologies et des outils numériques.

WWoW, l’ONG fondée et présidée par Céline bardet a reçu à cette occasion le Prix Ethique en commun avec ShareIT.io, le programme d’accompagnement de WWoW. A leurs côtés, de grandes entreprises ont été également récompensées par d’autres prix, telles que Total ou Décathlon, mais aussi des organismes publiques, comme la Gendarmerie Nationale par exemple.

 Ce prix vient récompenser un travail d’équipe sur un projet phare de WWoW, un nouvel outil numérique, le Back Up. Céline Bardet, Présidente de WWoW était accompagnée par Sarah Ripoche, Directrice et Product Owner pour le projet Back Up. A leurs côtés, Mathilde Aglietta, Directrice du programme d’incubateur numérique qui accompagne WWoW sur ce projet, ShareIT.io. Elles ont enfin été rejointes par les partenaires de ShareIT.io, EBRC et Intech, représenté par Nicolas Sanitas, qui travaillent sur le développement de ce nouvel outil numérique.

 

Mais de quoi s’agit-il ?

Le Back Up est une application numérique. Au cours de ses expériences de terrain, Céline s’est aperçue de la grande difficulté des victimes de viol de guerre, souvent très isolées, à se signaler et à accéder à des soins. Elle s’est également rendue compte d’un énorme manque de coordination entre les différents professionnels impliqués. Le Back Up veut répondre à ces défis en offrant une application numérique adaptée et totalement sécurisée.

Concrètement, cette application permet à une victime ou à toute autre personne (un activiste par exemple) de signaler une situation de viol de guerre. Cela permet de déclencher une réponse rapide, et l’application offre alors aux victimes un contact avec différents professionnels impliqués sur ces questions : des médecins, des psychologues ou encore des juristes… La pluralité de ces domaines est inhérente au viol de guerre et doit être prise en compte. C’est aussi pour cela que le Back Up se veut être un outil de mise en réseau des différents professionnels entre eux, améliorant ainsi leur coordination. L’idée à terme est aussi de récolter des données et des témoignages, et en croisant ces-derniers, de disposer de faisceaux de preuves permettant par la suite de constituer des dossiers judiciaires. Enfin, le Back Up permettrait de disposer de données et de chiffres fiables sur ce phénomène qu’est le viol de guerre.

 

Une première version de cet outil est lancée en ce moment même et sera testée dans plusieurs pays pilotes durant l’année 2018. Céline Bardet insiste sur le fait que c’est un outil qui doit être adapté aux personnes et aux contextes, pluridimensionnel, confidentiel et entièrement sécurisé pour assurer l’intégrité des victimes. C’est bien là toute l’éthique qu’elle veut insuffler au Back Up.