Lancement de l'ONG We Are NOT Weapons Of War

Le viol utilisé dans les conflits est une arme de guerre

Date : 09/06/2014

 Lancée en Juin 2014 au Sommet Global de Londres sur les violences sexuelles dans les conflits « We Are Not Weapons of War» (WWoW) est une association française de type loi 1901 à but non lucratif.

Fondée et Présidée par Céline Bardet, WWoW a été créée dans le but de répondre aux différents enjeux autour des violences sexuelles dans les conflits. S'apercevant que la question du viol de guerre est souvent mal comprise et mal traitée, Céline Bardet a voulu sensibiliser l'opinion publique et les instances internationales sur ce sujet. L'idée de WWoW est de faire du viol de guerre un enjeu mondial, et de faire coopérer les différents professionnels sur ce phénomène afin de poursuivre les criminels d'une part, et de venir en aide aux victimes d'autre part. WWoW se veut être une organisation qui traite la question du viol de guerre dans sa globalité, avec une approche d'expertise judiciaire. L'ambition de Céline Bardet à travers cette organisation, est de montrer que le viol de guerre constitue une arme à part entière, et non un "dommage collatéral", un "à côté" de la guerre comme on a pu parfois le penser. Le viol de guerre est une stratégie pensée, organisée et planifiée, qui vise des objectifs précis, ceux-ci pouvant être politiques, ethniques ou encore économiques. En créant cette structure, Céline Bardet a donné naissance à la première organisation au monde à traiter des violences sexuelles en conflit, et notamment à travers le prisme juridique.


WWoW s'articule autour de trois piliers majeurs :

- Eduquer et informer sur le viol, une arme de guerre à part entière dans de nombreux conflits, 
- Accompagner les institutions locales dans le processus de justice, en constituant des dossiers judiciaires,
- Soutenir les victimes en travaillant sur le trauma, sur leur réhabilitation, et ce notamment avec l’utilisation de nouvelles technologies.


Céline Bardet a voulu insuffler un esprit innovateur dans les activités de WWoW pour renverser les stéréotypes, notamment ceux concernant les victimes, qui peuvent être des femmes comme des hommes. Elle a par ailleurs tenu à privilégier une approche intégrée et holistique, avec des projets simples, pragmatiques et adaptés aux contextes. S'appuyant sur son expérience de terrain, elle a voulu que le contact avec les situations et les populations locales soient au coeur des projets de WWoW. Enfin, elle a tenu à ce que que l'organisation s'appuie sur les victimes elles-mêmes - les survivant.e.s - qui doivent être acteurs de leur processus de réhabilitation et de reconstruction.

Pour en savoir plus sur We Are Not Weapons of War et les projets menés par Céline Bardet et son équipe pour lutter contre le viol de guerre, n'hésitez pas à consulter le site de WWoW.