Céline Bardet

Juriste internationale- Consultante-Auteur.

Céline Bardet est juriste, spécialisée dans les questions de crimes de guerre, justice pénale internationale, criminalité transfrontalière et depuis quelques années, particulièrement investie dans les questions de violences sexuelles dans les conflits. 

Après une maîtrise de droit privé puis un DEA en Droit international Public et Européen, Céline Bardet entre à l’Institut des Hautes Etudes Internationales de Paris Panthéon Assas et y consacre son mémoire de recherche sur l’affaire Drazen Erdemovic (affaire jugée devant le Tribunal Pénal International de La Haye).  Elle rejoint ensuite le Tribunal Pénal International pour l'Ex-Yougoslavie et travaille avec le juge Claude Jorda. Après une année passée aux Etats Unis sur les questions de peine de mort et système judiciaire américain, elle est recrutée par le bureau Crime et Drogue des Nations Unies basé à Vienne (UNODC). Elle se consacre durant deux ans aux questions de criminalité transnationale organisée et de lutte contre le terrorisme suite aux attentats de New York. Chargée de fournir une assistance technique à de nombreux pays afin qu’ils transposent les normes internationales dans leur législation, elle participe à de nombreuses missions à travers le monde.

En 2003, elle prend la décision de partir sur le terrain et s'établit durablement dans la région des Balkans. Elle s'investit dans les questions de réformes judiciaires, criminalités transnationales et crime de guerres d'abord en Ancienne République Yougoslave de Macédoine, puis au Kosovo, en Croatie, en Serbie et en Bosnie-Herzégovine.

En 2005, elle suit la formation de l’Institut International d’Enquêtes Criminelles (International Institute for Criminal Investigation http://www.iici.info/) à La Haye et obtient le diplôme d'enquêteur criminel international. Concrètement, cet institut forme des professionnels aux techniques d’enquêtes pour les cas de graves violations des droits de l’homme, crimes de guerres, génocide et crimes contre l’Humanité.

De retour en Bosnie-Herzégovine en 2007, Céline Bardet est recrutée par Raffi Gregorian, adjoint principal du Haut Représentant en Bosnie-Herzégovine – OHR - (il est également superviseur international du District de Brcko). Pendant presque trois ans, elle travaille alors avec les victimes de crimes de guerre et les institutions locales afin de faire avancer le processus de jugements.  Elle créé, forme et dirige une unité crimes de guerre avec la police et le bureau du Procureur a Brcko tout en assurant la direction  du département juridique du Bureau du Haut Représentant du District.

Son ouvrage "Zones Sensibles: Une femme contre les criminels de guerre" publié en 2011 (Ed. Du Toucan) relate son expérience.  La version anglaise est publiée en 2015.

Depuis 2011, Céline travaille comme experte internationale sur les questions de crimes internationaux. Ses missions se concentrent dans le domaine de la corruption (en Serbie, Croatie, Maroc) mais surtout de la sécurité et de la justice post conflit (en Géorgie, Jordanie, Libye, Nigeria et plus récemment au Pakistan). Dans le cadre des programmes financés par la Commission Européenne, elle travaille sur les routes du trafic d'héroïne (de l'Afghanistan en passant par l'Iran, le Pakistan, le Caucase et l'Asie centrale) et sur la route de la cocaïne.  Elle développe aussi le premier programme sécurité/justice pour la Libye post Kadhafi, travaille sur les questions de sécurité, lutte anti terroriste et bonne gouvernance au Pakistan, Kenya, République Démocratique du Congo, Burundi et au Moyen Orient notamment. Par ailleurs elle demeure en contact très étroit avec les victimes de crimes de guerre et continue ses efforts pour que la justice continue à se développer sur le terrain afin que l’on donne enfin aux victimes l’écoute nécessaire, leur dignité et leurs droits.  

En Octobre 2012, sur le thème, 2030: ligne de mire; elle est invitée (Speaker) à TEDx Paris pour présenter un "talk" a l'Olympia sur "Après la guerre, une réconciliation est-elle possible?".

En Septembre 2013, elle présente avec le ministre de la Justice libyen, lors d'une réunion à l'Assemblée Générale des Nations Unies à New York un projet pionnier de loi sur les victimes de violences sexuelles en Libye avec la Fondation ARA Pacis. Ce projet de loi donne le statut de victimes de guerre aux victimes de viols.

En Janvier 2014, Celine Bardet co-fonde l'Association "We Are not Weapons of War" (WWoW) dont elle est la Présidente,  visant à développer des campagnes publiques sur les questions des violences sexuelles et d'apporter une expertise et un soutien concret aux victimes et aux institutions judiciaires.

En Juin 2014, elle est invitée comme experte au premier Sommet Global sur les viols de guerre à Londres co-présidée par William Hague (UK) et Angelina Jolie.

En Octobre 2014, elle est invitée de nouveau à faire un talk au théâtre du Chatelet pour TEDxParis " le viol, une arme de guerre". 

Céline Bardet donne régulièrement des conférences (Science Po Grenoble, Sorbonne, Nanterre ..., est régulièrement invitée dans les media sur les questions de sécurité, viols de guerre, justice et état de droit en général. Son livre fait parti des livres d'études a l’université de droit de Nanterre.  

céline bardet image céline bardet ministre serbie image court penale international image court penale international image court penale international image

En ce moment....

Lancement de l'ONG We Are NOT Weapons Of War

Lancée en Juin 2014 au Sommet Global de Londres sur les violences sexuelles dans les conflits « We Are Not Weapons of War» (WWoW) est une association française de type loi 1901 à but non lucratif. Co-fondée par la juriste internationale spécialisée dans les crimes de guerre, Céline Bardet; WWoW a été créée dans le but de sensibiliser sur le viol utilisé comme arme de guerre en particulier et sur les victimes de crimes de guerre en général. WWoW a pour principaux objectifs : - d’éduquer et informer sur le viol, arme de guerre dans les conflits - d’accompagner les institutions locales dans le processus judiciaire, - et de soutenir les victimes en travaillant sur le trauma, sur leur réhabilitation, notamment avec l’utilisation de nouvelles technologies. Avec un esprit innovateur pour renverser les stéréotypes et notamment ceux concernant les victimes ; avec une approche intégrée et holistique et avec des projets simples, pragmatiques et adaptés aux contextes

Lire la suite